- Khal Amun -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: - Khal Amun - Mar 13 Oct - 18:28



I. LE PERSONNAGE.


• NOM : Amun
• PRÉNOM : Khal
• ÂGE : 23 ans
• FACTION : Démon
• TITRE : Aucun
• MAGIE/ARMES : Arme : un sabre. Magie : sang empoisonné.
• STATUT MARITAL : Célibataire.
• ORIENTATION SEXUELLE : Hétéro
• AVATAR :Simbad, de Magi.


II. LES DESCRIPTIONS.


MORALE


Khal, comme toute personne, possède différentes couches de caractère. Il y a d’abord celle de façade. Pour les inconnus, Khal est quelqu’un de sympathique, calme et tempéré. C’est un sculpteur sur bois qui aide ses parents quand il est au village. A l’extérieur c’est un jeune aventurier, voir un mage solitaire qui vagabonde. Malgré tout, les plus emphatiques sentiront comme un malaise lorsque le démon leur parlera, comme s'il cachait quelque chose, comme s'il mentait sur certains points. Bien sûr Khal n’est pas mauvais de naissance, mais ce n’est plus le gentil garçon naïf de son enfance, celui-ci est mort il y a de cela sept ans. Quand la surface de ce masque se fendille, une autre personnalité apparaît.

Une personnalité fataliste et cynique qui ne supporte plus les autres personnes. Khal les critiques caustiquement dans ses pensées, il n’aime plus ce qu’il fait, il n’aime pas ce qu’il est mais ne sait pas comment trouver une solution à ce problème. Y en a-t-il seulement une ? L’individu est devenu un menteur professionnel, ayant eu deux ans pour peaufiner une fausse histoire, celle qu’il raconte pour dissimuler son état. Il ment quand il dit que tout va bien, il ment quand il ne se plaint pas, en définitif il ment naturellement ne sachant plus faire que cela, ne pouvant pas se confier. Cela fait des années qu’il n’a plus ressentit de la joie. Les petits bonheurs qui l’auraient égaillé jadis ne l’émeuvent plus, et un fossé c’est créé entre ses anciens amis et lui. Khal est devenu facilement irritable et colérique, préférant rester seul dans son coin.

Car en plus du physique, son mental présente des lésions dû à sa transformation. Quand Khal devient soudainement plus froid, mauvais et agressif, ce sont les signes d’alarmes d’une perte de contrôle imminente. Il lutte contre ces situations mais n’y parvient pas toujours, cédant à la violence et la colère. Dans cet état, Khal a envie de tuer, de détruire, d’écraser les autres. Ses paroles ne sont plus que venin, quand à ses actes, il ne vaut mieux pas rester à coté, il se met à s’en prendre d’abord au mobilier, puis aux gens si on essai de l’arrêter. Ce n’est pas comme un dédoublement de personnalité, cela s’apparente à une trop grande quantité de rage. C’est une part de lui, et il se souvient encore de ses actes une fois la crise passée, tout comme il peut réussir à se stopper avec assez de volonté.

Les remords, voilà une chose que Khal connaît bien. Peut-être trop pour un jeune adulte. Il n’a pas encore le recul nécessaire pour arrêter de penser que c’est de sa faute. Il pense que s’il avait été plus fort il aurait vaincu les deux démons. Si'l avait été plus puissant, il croit qu’il ne se serait pas devenu ce qu'il est. S’il avait eu plus de volonté, il n’aurait pas cédé à la folie. S’il avait eu plus de courage, il aurait mis fin à ses jours avant d’être une menace pour les autres. Bien sûr il en veut aux démons, il les hait, il les tueras s'il en croise mais un doute s’insinue : et si il y avait des gens comme lui dans le lot ?

Mais derrière les mensonges, n’y a-t-il pas un but ? Celui d’essayer d’être à nouveau accepté par la société malgré tout. Khal ne veut pas être seul. Même si on ne le comprend pas, même si une distance c’est formée, il ne supporte pas d’être rejeté, d’être face à lui-même. Evidemment il veut faire croire à tout le monde, même à lui même, qu’il est tout à fait capable de de tout endurer alors qu’en réalité il est trop fragile pour la solitude. Il n’aime guère voir le mépris, ou la crainte dans le regard des autres, cela est une lente torture.



PHYSIQUE


Khal n’a jamais été quelqu’un de particulièrement chétif. Il est grand, 1m90, pour une corpulence sans une once de graisse, composé surtout de muscles dû à sa vie active. Sous forme humaine, il possédait de long cheveux épais de couleur violet lui arrivant jusqu’à la taille. Il faut dire qu’il n’a jamais pensé à se les couper. Ses yeux sont reconnaissables à leur couleur ambré, lui donnant un air mystérieux, quant à sa peau elle est naturellement halée. Mais ajouté à cela le jeune homme possède aussi des caractéristiques plus effrayantes, celle qui malheureusement pour lui est devenue la vrai. Il a désormais l’apparence d’un démon cornu aux oreilles en pointe, le corps marqué de stigmates rouges sombres, les cheveux prenant une étrange teinte noire aux reflets sang. Ses mains sont griffues et ses yeux alternent entre leur ambre d’origine et le rubis suivant l’avancement de sa colère.

Le démon avait aussi une façon de se vêtir hérité de ses parents, tout en vêtements amples de couleur généralement blanche quand il est en ville, même si il lui arrive de les remettre, ce n’est plus une couleur qu’il affectionne. A présent il préfère les tenues plus pratiques composées de pantalons serrés dans des teintes sombres, des bottes solides noires et surtout, pour pallier à ses problèmes « physiques » dû à sa transformation, le démon porte un couvre-chef et un foulard remontant jusqu’au nez, ne laissant entrevoir que ses yeux. Khal a néanmoins gardé l’habitude de porter ses anneaux dorés, même sous forme démoniaque.


exemple


III. L'HISTOIRE.




« J'ai réussi à m'enfuir. C’est l’essentiel non ? »

Je mens... Et je n’ai pas fini de mentir à ceux que je connaissais avant. J’espère simplement que la communauté du village me croira, ou fermera les yeux sur mon absence forcée. Bien sûr que non je ne suis pas sorti intact de leurs odieuses expériences. Je ne suis plus celui que j’étais. Mon corps a changé, mon esprit aussi, torturé par toute cette magie noire, aliéné par leurs substances infernales, je suis devenu un démon.

Notre zone a eu la chance d’être épargnée par l’activation de face, aussi étais-je né mage de parents tout aussi mages. Ils me racontaient des histoires sur le monde, avant face, avant Tartaros, avant tout ce chaos. Une guilde nommée Fairy Tail faisait beaucoup parler d’elle. Parfois en mal, à cause des facéties de leurs membres, et surtout en bien : leur communauté brillait comme un soleil, véritable exemple à suivre pour toutes les guildes blanches. Solidarité, courage, partage, voilà les valeurs qu’elle promouvait à travers Fiore, montrant à tous qu’avec de la volonté, de l’entraînement et des amis loyaux on pouvait surmonter tous les obstacles.

Enfin non. Pas tous. Pas eux. Les démons sont venus et ont tout détruit. Visiblement, avoir eu des siècles devant soi, des informations secrètes et un plan machiavélique bien ficelé comptait aussi pour vaincre ses ennemis. Mais tout cela vous le savez déjà. Et moi alors, qu’ai-je fais d’exceptionnel ? Rien. Mes parents ont cachés leurs pouvoirs et sont devenu ébénistes, ils m’ont dit de cacher les miens et j’ai obéi. Je les aidais donc dans leurs travaux manuels. Il y avait toujours une chaise à réparer, une maison à rénover… En ces temps quasiment dénués de magie, il fallait apprendre à tout refaire manuellement. Ou du moins faire semblant, même pour les membres de la petite guilde Blue Ants (Fourmis Bleues), celle à laquelle appartenaient mes parents, qui avait été officiellement dissoute.

Je grandis dans ce cadre presque trop calme durant seize années, épargné par le climat de destruction générale, dû à la chance et surtout à la petite guilde devenu officieuse qui avait fait de son mieux pour dissimuler le village de diverses manières, notamment en densifiant les arbres aux alentours et y ajoutant quelques ronces bien épaisses. Et puis j’eu une idée stupide un jour. Rien qu’en y repensant la colère me gagne. Comment ai-je pu être aussi idiot ?

J’étais dans la forêt, ramassant du bois sec pour la cheminée de chez moi, rien de bien intéressant. Habitué à ces lieux boisés, des bruits de pas plus lourds et des voix attirent mon oreille. Je m’approchait furtivement, me cachait derrière un bosquet de houx et observait : deux démons, surement des éclaireurs, étaient là, rôdant dans les parages. C’était le moment d’être un héros ! De prouver que la détermination et le courage vaincraient ! J’ai prévenu que c’était très stupide. Vous avez bien deviné : je les ai attaqué avec un bout de bois en guise d’arme ! Et évidemment, je m’en suis pris une. Ça les a fait rire. Vexé j’ai utilisé la magie ! Ça les a fait un peu moins rire mais comme je n’avais pas eu l’occasion de beaucoup m’exercer le résultat ne fut pas très probant.

Alors ils m’ont embarqué, très satisfaits. J’ai essayé de m’enfuir durant le voyage plusieurs fois, ça les a faits suer alors au final le moins patient des deux m’a assommé. Et je me suis réveillé dans une cuve avec mal… partout. Une douleur atroce, je sentais mon corps en train de changer, se transformer. J’étais impuissant. Parfois je sombrais dans l’inconscience, parfois je voyais à travers la vitre d’autres gens, dans d’autres cuves, et des démons s’occupant de l’avancer des choses, quelques soient ces choses. Lentement, des émotions s'éveillèrent en moi : des envies de violence, de destruction, de chaos. Je voulais tuer, assouvir une soif de sang.

On décida alors que j’étais prêt à servir. Je ne suis absolument pas fier de ce que j’ai fait par la suite durant cinq ans. Je ne maîtrisais ni mes pouvoirs altérés, ni mes envies de meurtre. Je naviguais dans un état second, comme dans un cauchemar éveillé. De temps à autre j’avais un éclair de lucidité « arrêtes toi, arrêtes toi ! » criait mon esprit, puis je sombrais à nouveau dans cette rage aveugle. Je n’ose pas compter le nombre d’humains ayant souffert à cause de moi. Je crois… que je ne veux pas savoir la quantité de vie que j’ai brisé.

J’ai repris le contrôle alors que je traînais un humain au bout d’une laisse improvisé. Un prisonnier de guerre d’âge mur aux yeux gris acier, que je ramenais vraisemblablement à une base de démons. J’eut du mal à assimiler toutes les émotions qui revenaient d’un coup, et le choc… Je cessais d’avancer et lâchait la chaîne. Le prisonnier demanda, rageur :

- C’est un piège n’est-ce pas ?

J’eus du mal à comprendre que l’on me parlait. Et plus de mal encore à formuler une réponse cohérente :

- N… Non. Allez-vous-en.

Je devais avoir l’air tellement perdu à cet instant que finalement, l’individu sut qu’il se passait quelque chose. Peut-être comprit il à ce moment que certains démons n’étaient pas né ainsi car je l’entendis bredouiller :

- Que t’ont-ils fais ?

Des bruits de pas, on revenait. Nous prime la fuite sans demander notre reste. Je suis resté avec Fredegar – Fred en abrégé – durant la semaine, lui faisant éviter les coins trop densément peuplé en démon grâce à mes connaissances, et au pire des cas, je le faisais passer pour un prisonnier. Je fis aussi mes premiers essai pour ressembler un peu plus à un humain grâce à la magie des couches de vêtements, Fred me disait si le résultat était convainquant ou pas. Quand il fut en sécurité – du moins autant que possible – on se sépara. Il avait des gens à retrouver à l’est, et je voulais repartir à l’ouest.

Deux années plus tard, je retrouvais enfin mon village. J’avais mis du temps c’est vrai, par lâcheté d’abord, retardant le moment et j’avais dû faire des détours. A cause des démons, à cause des mages, à cause de l’aide que j’essayais d’apporter ça et là, à cause de l’identité que je devais retrouver, et mes émotions que je devais maîtriser. Je ne savais pas quoi faire, je ne savais pas où aller, ce qui nous ramène à l’instant présent, dans ce petit village où j’essaie de leur faire croire que je vais bien. J’invente une histoire, celle où j’ai dû servir un maître comme un humain, j'ai été défiguré et je me suis enfuit.

Mes parents ont beaucoup pleurés, soulagés. Ils veulent me croire.

Mais les jours passent et un malaise fini par se créer. Cela fait 7 ans que je suis partit, et je sens comme une distance. De leur part, et de ma part. Des silences et des non-dits. Je comprends, je ne suis pas à ma place, ils doivent le sentir instinctivement et je le sens aussi. Je ne suis plus comme eux. Mais nous sommes une petite communauté, personne n’a le cœur à me jeter dehors du moins, pas à haute voix, encore moins mes parents. Au fond de moi je sais que je ne resterais pas. Au fond de moi je sais que je suis dangereux. Il m’arrive encore d’avoir des pulsions de haine et de violence et j’ai peur qu’un jour elles reprennent le contrôle.



IV. DERRIÈRE L'ECRAN.

TON PSEUDO ? Mmh... Khal ?
QUEL ÂGE (facultatif) ? 23 ans.
COMMENT TU ES ARRIVÉ ICI ? Héhé, magie magie.
TES IMPRESSIONS ? Allons rp !



FICHE PAR FALLEN SWALLOW

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: - Khal Amun - Mer 14 Oct - 15:45

Même si j'ai deja eu occasion de te le souhaiter sur la cb bienvenue sur le forum !
Rien à dire sur ta fiche, tu respectes les règles et ton histoire tient avec la trame du forum. Quant à ton personnage je le trouve très attachant ( et puis Sinbad huhu ** )

Je te valide donc ! Tu peux dès à présent recenser ton avatar et ton pouvoir et commencer l'aventure parmis nous ! ( enfin quand les autres auront terminés leurs fiches >< )
avatar

Informations complémentaires
Surnom:
Alignement : (Bon ou méchant) 0/100%
Magie:
Maître de guilde
Voir le profil de l'utilisateur
Aventures : 17
Date d'inscription : 01/07/2015
Revenir en haut Aller en bas
- Khal Amun -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le groupe T-vice victime d'un vol à main armé à Saint Domingue
» Haïti : La question de couleur et Michel Martelly.
» Le Khalassar en marche.
» Havrias, le premier contact.
» Ilham Abdul AKA Amun

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Of Despair  :: Administration :: Présentations :: Archives des présentations-
Sauter vers: